Aÿ-champagne est situé dans un site abrité au pied des coteaux historiques classés au patrimoine mondial de l’humanité.

La commune vibre au rythme de festivités à la fois ludiques et culturelles. En mariant histoire et modernisme, cette municipalité a su redonner vie à son patrimoine exceptionnel.

Un patrimoine naturel, culturel et industriel riche

Aÿ-Champagne , est un trésor d’histoire et de patrimoine. De nombreux édifices en sont les témoins. De l’église gothique aux grands hôtels particuliers, Aÿ a su conserver et mettre en valeur son passé.

L’église Saint-Brice d’Aÿ est classée « monument historique ». C’est un des plus beaux édifices que le 15ème siècle ait légué à nos villages locaux.

Plus tard, au 19ème siècle, nombreuses sont les maisons de champagne à avoir élu domicile à Aÿ. On compte parmi elles, les Maisons Bollinger, Ayala et Deutz.

Sur le boulevard du Maréchal de Lattre de Tassigny, demeure un des nombreux témoins de la prospérité des négociants du 19ème siècle, l’ancien hôtel particulier de la famille Bollinger. Maison fondée en 1829, à l’époque de l’essor du champagne, elle doit sa renommée à son art de l’assemblage.

En haut de la rue Anatole France, se trouve le château Ayala. Cette prestigieuse maison de Champagne d’Aÿ est le fruit de l’union sous le second empire d’un fils de diplomate colombien et de la nièce du Vicomte de Mareuil, propriétaire du château d’Aÿ.

Enfin, dans la rue Jeanson, la célèbre maison de Champagne Deutz offre son superbe porche champenois. Cette maison a été créée en 1838 par deux familles allemandes Deutz et Geldermann.

Aÿ est également le berceau d’un maître d’art. En effet le célèbre verrier d’art, René Lalique, y est né le 6 avril 1860. Il épousera le mouvement Art Nouveau et sera un des maîtres à penser de l’Ecole de Nancy.

Il existe d’ailleurs, une maison style Art Nouveau à Aÿ, fidèle à l’esprit du travail de Lalique.

Aÿ a également su préserver son patrimoine naturel. Ses paysages riches en verdures en font une ville reposante. Le boulevard du Nord est sur le tracé exact des anciens remparts qui de 1514 à 1752, ceinturaient Aÿ et les vignes au pied du coteau. Le clos Saint-Jacques est un des vestiges de ce vignoble intra-muros, cette parcelle appartient à la maison Bollinger. Jusqu’à la fin du XIXème siècle et avant l’apparition du phylloxéra, toutes les vignes en Champagne étaient cultivées en foule, c’est-à-dire non alignées. Après la crise phylloxérique, on replanta la vigne palissée en ligne avec des intervalles réguliers, et une densité plus faible. Autour d’Aÿ, trois parcelles échappèrent au phylloxéra, et le Clos Saint-Jacques est l’une d’elles.

Aÿ possède également un important panel de curiosités. Tout d’abord, l’architecture des maisons est typique. En effet, l’architecture champenoise est composée de craie et de briques qui forment de véritables damiers. Il fait bon flâner dans les rues et ruelles de la ville, pour découvrir de jolis cours et jardins. Ces petites ruelles ou venelles desservaient de petites cours fermées dans lesquelles les Agéens se regroupaient ou se réfugiaient.

Plus en périphérie, culmine un point de vue qui vous permettra d’observer la géographie du vignoble Agéen et la vallée de la Marne. De l’autre côté du bourg, une balade le long du canal peut être propice à la relaxation. En effet, entre pêcheurs, chevaux, eau et forêt, Aÿ prend soudain une toute autre envergure, celle d’une petite ville ayant su marier, le naturel et le modernisme.